quelques points à considérer avant de dire que la voiture électrique est écologique

1- La voiture électrique est l’alliée rêvée du nucléaire.

L’enjeu pour sortir du nucléaire est de diminuer notre consommation d’électricité. La voiture électrique, au contraire, crée un besoin supplémentaire capable de doubler voire tripler notre consommation actuelle d’électricité. (70 à… 150 réacteurs nucléaires supplémentaires, contre 58 en service aujourd’hui http://velovergne.fr/velovergne/projet.html ou http://carfree.fr/index.php/2014/02/12/voiture-electrique-la-fausse-bonne-idee-ecologique/ )
Les voitures électriques sont subventionnées alors qu’elles devraient être taxées pour financer les installations de production d’électricité qu’elles vont générer dans un développement à grande échelle : n’est ce pas curieux ?
Et la théorie qui nous dit que les voitures électriques vont contribuer à stocker, dans leurs batteries, l’électricité solaire est fausse : en pratique, il est très contraignant de recharger dans la journée puisqu’on se déplace ! Et la recharge se fera majoritairement de nuit, au nucléaire.
Le « meilleur rendement » de la motorisation électrique est englouti dans la fabrication de l’électricité. Si l’électricité était produite avec du fioul, la consommation globale de la voiture électrique serait au mieux équivalente à celle d’une voiture diesel.

2- Si le lithium était extrait chez nous, on ne voudrait pas de la voiture électrique.

L’extraction du lithium pose des problèmes comparables à ceux des gaz de schiste : consommation d’eau et pollution des nappes souterraines. les régions andines où sont extraites le lithium sont des zones arides : ces conséquences y sont bien plus critiques que chez nous.
Pour couronner le tout, la fabrication de ces batteries est très énergivore et la fabrication d’une voiture électrique émet une fois et demi plus de CO2 que celle d’une voiture classique.( http://decrypterlenergie.org/le-vehicule-electrique-permet-il-de-reduire-les-emissions-de-co2)
La voiture électrique résout le problème de l’autonomie en transportant une quantité indécente de batteries, au lieu de s’attaquer au fond du problème : le poids et l’encombrement des véhicules.

3- une voiture de 5 places est un transport en commun surdimensionné pour un usage individuel : rester sur ce modèle ne résoudra en rien le problème de fond du transport individuel.

Nous avons besoin aujourd’hui de véhicules réellement légers et compacts, intermédiaires entre voiture et vélo : la marge de progression est énorme sur cette voie. Dans les courses à la moindre consommation, on sait faire 3000 km avec 1 litre d’essence, et faire des véhicules à 1 litre au 100 serait aujourd’hui un jeu d’enfant.

Et des véhicules ultra légers à motorisation électrique auraient des batteries légères : il serait possible d’avoir deux accus amovibles, de rouler dans la journée avec un pendant que l’autre se recharge à l’électricité solaire, au domicile.

Morceaux choisis pour aller plus loin :
recette (très facile à lire) pour faire des véhicules à 2 litres au 100 : http://www.hkw-aero.fr/pdf/voiture_2_litres.pdf
voyage au pays de la créativité sur 2, 3 et 4 roues : http://www.scooter-station.com/Special-Hybride.html

triste le futur ? petite galerie de ce à quoi il pourrait ressembler, prise sur : http://www.trendhunter.com/trends/mono-electric-vehicle

Innovative Reorienting EVs